Accueil > Plans et Tutoriels > Poulailler PDG 250

Poulailler PDG 250

Poulailler PDG 250

Ce modèle de poulailler est la synthèse de l’expérience d’un éleveur de volaille du Gers. Il répond à un cahier des charges précis, rédigé avec 3 objectifs en tête : des œufs propres, vites ramassés, dans un bâtiment sain !


CLIQUEZ POUR TÉLÉCHARGER LES DERNIÈRES VERSIONS DES PLANS

JPEG - 1.5 Mo


Contexte & historique

L’Atelier Paysan a rencontré Jean-Jacques Garbay, paysan dans le Gers, ancien éleveur de volailles bio et actuellement céréalier, lors d’une formation à l’autoconstruction. Au fil des échanges qui ont suivi, Jean-Jacques a partagé ses connaissances sur le système d’élevage de poules pondeuses qu’il a mis au point et qui est actuellement utilisé par un groupe de paysans entre le Gers, la Corse et le Var.

Nous avons participé à une session d’autoconstruction d’un poulailler mobile et d’autres outils d’élevage dans le Var en novembre 2019, avec Jean-Jacques, afin de mettre en plan tout ça.

Le modèle de poulailler présenté ici a été baptisé PDG 250 (Poulailler Déplaçable Garbay) : il permet d’accueillir jusqu’à 250 poules pondeuses.
Il répond à un cahier des charges précis, que l’on peut synthétiser en trois points clés :

  • Des œufs propres
  • Des œufs regroupés dans les nids
  • Un bâtiment sain

Ce poulailler s’utilise avec une clôture électrique mobile.

N.B. : De façon générale, les outils autoconstruits proposés sont à intégrer dans une démarche globale de développement de votre atelier “pondeuses”, où une bonne connaissance des exigences réglementaire est nécessaire (en particulier, votre Règlement Sanitaire Départemental). Quelques exemples de documents de synthèse pour vous aiguiller :

Pour quel besoins ?

Ce poulailler se destine à des élevage de 250 à 1000 poules (en combinants plusieurs PDG250). Il est déplaçable entre chaque bande de poules.


Présentation générale

Cet outil s’utilise combiné avec un réfectoire de 9m² abritant une mangeoire pallox de 1m3 et une desserte roulante (visible sur le dessin en coupe ci-contre). Il s’utilise avec une clôture électrique mobile type gallagher.

GIF - 57.8 ko

L’outil est composé de 3 parties :

  • Un espace central, qui sert de châssis structurel, et qui abrite les perchoirs et les nichoirs, ainsi qu’une réserve de fientes inaccessible aux poules, juste sous les perchoirs (le gros de la production se fait la nuit).
  • Deux bas côtés qui se plient lors des déplacements du poulailler. C’est par ici qu’on récolte les œufs.

JPEG - 168.9 ko

On voit dans cette coupe l’intérêt d’une desserte roulante pour la récolte. Les poules évoluent sur deux niveaux (sol et espaces surrélevés).


Fonctionnalités principales

Déplacement du poulailler :

On déplace le PDG250 en glissant un module essieu+attelage dessous. C’est aisé car le PDG est sur des pieds de 60 à 80 cm de haut. Il n’y a pas besoin d’engin de levage. Le module essieu+attelage est utilisable avec tous les PDG250 de la ferme.

JPEG - 70.7 ko

Curage :

On cure la réserve de colombine tous les 2 à 3 mois, par raclage. L’accès est à hauteur d’homme et ergonomique. Le polycarbonate n’offre que très peu d’accroche pour les fientes.

Vide sanitaire :

Le nettoyage complet du poulailler entre chaque bande est rapide car très peu de surfaces sont exposées aux fientes.

Des œufs propres

  • Les poules dorment toutes sur des perchoirs. Jean-Jacques Garbay éduque ses poules ainsi : pour éviter qu’elles ne dorment dans les nids qu’elles pourraient salir de leurs déjections nocturnes, chaque soir de la première semaine, il les replace manuellement sur un perchoir les poules restées au sol ou réfugiées dans un nid. La première semaine, après la collecte des œufs, il condamne également l’accès aux nids.
    _ NB : il est ici question des habitudes comportementales des poules. Celles-ci varient en fonction des habitudes prises au stade “poussin”, et donc de la conduite de l’élevage (avec ou sans poussinière sur la ferme, conduite des poussins chez les fournisseurs extérieurs le cas échéant…)
  • Les perchoirs sont en escalier pour que les places se remplissent bien, le haut d’abord (par les poules dominantes) puis les autres au fur et à mesure. Une longueur de perchoir au plus juste pour que les poules soient côtes à côtes, élément sécurisant lié à leur comportement grégaire.
  • Les perchoirs sont au dessus d’une réserve de colombine curable aisément Les fientes tombent à travers un grillage empêchant les poules de marcher sur une déjection fraîche et collante.
  • Une aire de distribution paillée avec un substrat rugueux et absorbant, permet le nettoyage et le séchage des pattes.
  • Un long cheminement sec entre le parcours extérieur et le nid : un poulailler à étage obligeant les volailles à grimper le long d’une passerelle à maille de 50 mm faisant office de paillasson.

Tous les œufs regroupés dans les nids

  • Emplacement de nids : un endroit sombre et étriqué, ni au sol pour ne pas être pollué par la litière, ni trop haut pour ne pas donner envie d’y dormir.
  • Un lieu plus douillet que le reste du poulailler : la paille des nids doit être saine c’est à dire avoir été pressée sans excès d’humidité. Elle conserve alors son odeur de froment. L’aire de distribution doit être « paillée », uniquement à partir de la seconde semaine de ponte, et avec un matériaux plus agressif type copeaux/sciure ou BRF sec, afin de ne pas donner envie aux poules de nicher sur l’aire de distribution.
  • Tous les nids avec un accès similaire afin qu’il n’y ait pas trop d’œufs dans le même nid, source de fêlure de la coquille.
  • Un accès aux œufs par l’extérieur

Un bâtiment sain et un accès sincère à l’exterieur

  • Un poulailler déplaçable entre chaque bande, pour partir sur des bases saines
  • Un poulailler en modules démontables sans outils et rapidement : nids et parois se nettoient rapidement et facilement. On se débarrasse ainsi aisément des ténébrions et des poux. Ce type de poulailler ne génère ni poux ni ténébrions car il est, en tout coin, bien ventilé et qu’il n’a pas de fondations.
  • Une ventilation naturelle maximale avec un pignon sous le vent entièrement ouvert et grillagé.
  • Un accès au parcours par tout le périmètre du bâtiment, sans trappe.
  • Un bâtiment toujours au frais : les parois sont en bois, et la toiture en bac acier polyester transparent recouverte de paille : c’est la solution de Jean-Jacques sur sa ferme pour économiser sur la couverture : l’idée étant de végétaliser le toit, et le polyester est très économique. La paille, après quelques pluies, se gorge d’eau et se dégrade et finit par coller au toit. Cela crée un veritable sol, humide et frais, idéal pour maintenir la fraicheur dans le poulailler. Le jour du déplacement du poulailer, cette végétalisation est laissée sur place et mélangée aux fiantes : celà compense l’excès d’azote laissé dans le sol et accélère la régénération.

exemple de végétalisation à base de paille
JPEG - 54.3 ko


Caractéristiques techniques :

Dimensions :

Surface au totale sec accessibles aux poules : 36.6 m²
• RDC : 4.48*5.12 = 22.9 m²
• R+1 : 2.45*4.48 = 11 m²
Soit la surface réglementaire pour 33.9*6 = 203 poules
Notez bien que ce poulailler s’utilise accompagné d’un réfectoire de 9m², abritant deux mangeoires pallox contenant 1 m² d’aliment et des abreuvoirs. Ce qui amène une surface totale au sec suffisante pour 250 poules. Il y a le linéaire de perchoirs et le nombre de pondoirs nécessaire pour 250 poules.
La nuit, les poules sont serrées les unes aux autres sur les perchoirs en escaliers.

Matériaux :

La structure est faites de tubes de 20 x 20 x 2 et de 40 x 20 x 2. Les parois en bois servent de contreventement : elles sont structurelles, cela permet de réduire le poids de l’outil.
Les pieds et le système de remorquage (essieu+attelage) sont en tubes de 60*60*4. L’essieu est un vieil essieu arrière de trafic ou équivalent (Trafic 1ère génération, J5 1ère gen, et master toute gen).
Il est possible d’utiliser des planches de peupliers pour tous les elements en bois, c’est très économique, mais pour un gain de temps substantiel en formation nous les proposons aussi en panneaux contreplaqués de 9mm d’épaisseur.
La couverture est en polyester, avec le profil 3.35 1000T.
Le poulailler pèse en tout 1t (avec la remorque).

Ventilation :

La ventilation est assurée naturellement par les pignons complètement grillagés et l’espace entre le haut des parois et la toiture : il s’agit d’une fente de 6cm sur tout le pourtour du bâtiment. Située en hauteur, elle évacue naturellement l’air chaud.

Réalisation :

Il est possible de monter son PDG prêt à assembler lors d’une formation avec nous. Il faut cependant une grande remorque pour le ramener sur sa ferme. Voir les prix en bas de page.

JPEG - 2.6 Mo


Pistes d’ameliorations :

Mobilité

Il est envisageable de bouger le PDG250 très régulièrement en se débrouillant pour que les bas cotés ne reposent pas sur le sol. Un moyen d’y parvenir est d’installer des jambes de forces pour soutenir le toit des bas cotés.

Fermeture

En l’état le PDG250 est conçu pour être utilisé avec une clôture type Gallagher très efficacement posée contre les prédateurs. Cependant on peut envisager de "fermer les poules" en imaginant un système pour remonter les ponts levis qui permettent aux poules d’accéder à l’étage.


Combien ça coûte ?

Tableau des prix
Composition Durée du chantier à 2 personnes autonomes Prix EUR HT
En Formation En Kit* hors livraison En matière brute ** hors livraison
Métal uniquement 3 jours 870 1550 1350
Métal, bois, essieu et couverture 5 jours 2620 Non proposé en kit

* Un kit complet est l’ensemble des pièces nécessaires pour fabriquer un outil : les pièces sont déjà coupées et percées. Ne reste plus que le soudage et l’assemblage à charge de l’autoconstructeur.

** La matière brute représente toutes les pièces nécessaires à fabriquer l’outil, mais les pièces issues de profilés métal ne sont pas préparées. Ne sont fournies que les longueurs de barre nécessaires : les pièces sont alors à préparer soi-même.


Prototypage / formations

Quelques images de la formation autour du poulailler mobile "PDG 250" de novembre 2019 (2 poulaillers ont été réalisés, ainsi que quelques dessertes et mireuses) :

Poulailler Déplaçable "Garbay" (PDG 250) - Formation novembre 2019


Interlocuteurs principaux

Jean-Jacques Garbay – 32550 Lasseran - garbay.jj (at) wanadoo (dot) fr

Arthur Dietrich – Formateur à l’Atelier Paysan - 07 84 38 07 41 - a.dietrich@latelierpaysan.org


Partenariats

AgribioVar - agribiovar@bio-provence.org

DOCUMENTS A TELECHARGER

SOUTIENS

Ces travaux bénéficient du soutien financier de l’Europe et du Réseau Rural National, par le biais de la Mobilisation Collective pour le Développement Rural coordonnée par l’Atelier Paysan sur "L’innovation par les UsageR·E·s, un moteur pour l’agroécologie et les dynamiques rurales" (2018-2021)

LICENCE LIBRE

L’ensemble de cet article, des explications, des photos et des plans livrés sont accessibles à tous. Ils sont diffusables et modifiables à condition que vous mentionniez la paternité de l’œuvre (L’Atelier Paysan), et que vous apposiez sur tout document reprenant ces éléments la même licence utilisée par nos soins, à savoir la Creative Commons BY NC SA.

CONTRIBUTIONS


  • Jean-Jacques Garbay – Éleveur et céréalier dans le Gers