Accueil > Français > Le projet UsageR·E·s > Les Compagnons bâtisseurs, un exemple d’accompagnement accessible

Les Compagnons bâtisseurs, un exemple d’accompagnement accessible

Les partenaires de la MCDR UsageR·E·s souhaitent améliorer l’accessibilité de leurs accompagnements et s’inspirent pour cela d’autres expériences en rural présentées lors des Communs de novembre 2019.

JPEG - 140.9 ko
.
Les Compagnons bâtisseurs est un mouvement né il y a 60 ans avec pour objectif d’améliorer l’habitat et les conditions de vies des personnes et de leur redonner du pouvoir d’agir. Cela se traduit notamment par la mise en œuvre de programmes d’auto-réhabilitation accompagnée, où les personnes participent, accompagnées et aidées par des artisans et de bénévoles, aux travaux pour leur logement. Les publics avec lesquels les Compagnons bâtisseurs travaillent, notamment des personnes précaires ou isolées, ont conduit le mouvement à penser l’accessibilité de leurs accompagnements.

Se rendre au domicile des personnes
« Nous travaillons principalement dans les zones urbaines et des quartiers pauvres, notamment avec des locataires du parc social. Mais nous avons deux projets spécifiques liés au rural », explique Emilie Frapsauce, chargée de projets pour les Compagnons bâtisseurs Rhône-Alpes. Le premier est le Bricobus. Ce fourgon équipé en matériaux et outillage pour différents corps de métier est un outil d’information et de sensibilisation. Il peut se rendre au domicile des personnes pour du support, des conseils, des outils, des chantiers participatifs...

Le second - Accélérateur d’économies d’énergie pour le logement des agriculteurs - vient d’être lancé et s’inscrit dans le cadre des programmes éligibles aux Certificats d’économies d’énergie. Il est dédié aux exploitants agricoles propriétaires-occupants et a pour objectif de renforcer l’accès à l’information sur la précarité énergétique et de proposer des actions d’auto-réhabilitation accompagnée.

L’isolement, le rejet des aides et la méfiance envers les institutions
Différent freins ont été identifiés dans l’accessibilité des accompagnements proposés dans les territoires ruraux et le monde paysan comme le problème de l’isolement et le manque de disponibilité, la méfiance vis-à-vis des artisans et des institutions et les freins économiques ou socio-culturels.

« Dans la tête des gens, le logement passe souvent après l’exploitation. Il y a également des freins sur la compréhension des dispositifs institutionnels, très complexes dans le logement. Les personnes qui ont le plus besoin d’aide sur la rénovation du logement n’y ont pas vraiment accès. Il y a aussi pour certains un rejet des aides, une volonté de se débrouiller par soi-même », précise Emilie Frapsauce.

Le faire et le faire-ensemble
L’accessibilité de l’accompagnement des Compagnons bâtisseurs passe par approche particulière et un outil adapté : l’auto-réhabilitation accompagnée.
« Notre métier principal c’est l’animateur technique : professionnel du bâtiment et pédagogue. Le fait que l’on ait quelque chose de concret, que l’on parle de travaux, de leur maison, que l’on s’appuie sur le faire et le faire ensemble cela parle aux personnes et permet de créer du lien. Dans nos actions, on part toujours des personnes et de leur mobilisation. Cela repose sur un lien de confiance, l’absence de jugement sur eux et leur manière d’habiter et leur capacité d’agir. On accompagne, sécurise, valorise leurs projets », ajoute Emilie Frapsauce.

Des prêts à long terme et à taux réduit
Pour dépasser les freins économiques et le reste à charge malgré les aides au logement utilisées, l’association propose des solutions comme des prêts à long terme et à taux réduit. « Dans ces cas-là, il y a un accompagnement au long cours avec la Mutualité Sociale Agricole (MSA) sur l’aspect social. Malgré un contexte difficile, on voit qu’on peut prendre le temps de s’occuper du logement pour après rebondir sur le devenir de l’exploitation », note Emilie Frapsauce.

Enfin, pour aller au-devant des publics, l’association s’appuie sur les travailleurs sociaux et différents partenaires et a imaginé une communication de proximité sur des évènements locaux, marchés ou via des organisations et syndicats agricoles. Elle compte également sur le Bricobus, visible dans l’espace public, l’organisation de réunion dans les communes, des publications dans les médias et des interpellations sur la voie publique.