Accueil > Actualités > [COOPÉRATIVE] Le point sur l’architecture paysanne

[COOPÉRATIVE] Le point sur l’architecture paysanne

mardi 29 janvier 2019
[COOPÉRATIVE] Le point sur l’architecture paysanne

Nouvelle année oblige, on se doit de vous parler du renouvellement à l’Atelier en matière d’architecture ! De la succession sur le poste de référent sur le bâti agricole jusqu’au nouveau catalogue de formations, en passant par les TRIP(s) à venir sur le sujet, prenons le temps de nous arrêter quelques instants sur ces changements tous récents.


Succession sur le poste consacré à l’architecture

Après plus 4 années intenses consacrées à fonder, développer et animer la dynamique autour des bâtiments agricoles à l’Atelier Paysan, Jonas Miara est parti voguer vers d’autres horizons. Suite à son volontariat civique en 2015, très riche en TRIP (Tournées de Recensement d’Innovations Paysannes) sur les bâtiments agricoles autoconstruits (voir rubrique sur le forum), il a été l’artisan principal, sur les 3 années suivantes, de la montée en puissance de l’activité “Architecture Paysanne Libre” de notre coopérative. Depuis les 2 premières formations lancées début 2016, bien du chemin a été réalisé jusqu’aux 11 stages de 2018 : des serres mobiles à l’autoconstruction de charpentes en bois ronds à la tronçonneuse, la gamme de formations s’est considérablement étoffée durant ces 3 années. L’architecture paysanne libre au cours de cette période, c’est aussi 6 plans et tutoriels sur le sujet des bâtiments, de nombreuses TRIP, ainsi qu’un recueil thématique dédié aux techniques d’autoconstruction de charpente à la tronçonneuse. Alors, un grand merci à Jonas pour cette contribution riche et généreuse à la vie de notre coopérative au cours de ces 4 ans !

Arthur Dietrich, architecte et charpentier de formation prend sa suite en tant que formateur et référent sur le bâti agricole, avec non moins d’idées et d’énergie pour continuer sur cette lancée ! Une tâche qu’il assume avec aplomb suite aux quelques mois de tuilage : en parallèle une entrée rapide dans la saison de formations, ainsi qu’un renouvellement du catalogue de formations (consultable un peu plus loin dans l’article), Arthur a déjà de nouveaux projets de R&D les cartons. Bon courage et bienvenue à lui !

Pour le contacter :

Arthur DIETRICH : Formateur et référent bâti agricole
a.dietrich@latelierpaysan.org
06.73.62.94.72

Retrouvez toutes ces infos sur la page contact, rubrique “Équipe technique - Bâti agricole”.

Cliquez-ici pour consulter l’interview d’Arthur à son arrivée

  • Arthur, tu as fait quoi dans ta vie jusqu’à présent ? Quel est ton parcours ? Quels étaient tes derniers boulots ?

J’ai suivi des études d’architecture, dans une super école où nous coupions beaucoup de carton et bricolions pleins de petits projets plus ou moins en lien avec le bâtiment. J’ai complété en route mes études par un apprentissage libre d’un an chez un artisan charpentier creusois, que j’ai validé en passant un CAP en candidat libre. Mon maître d’apprentissage avait développé une technique de charpente bien particulière, en bois tordus, avec une réflexion politique sur les conséquences de ce choix technique. Ce fut une excellente formation, une découverte du monde rural et mes premiers contacts avec des paysans, pour qui nous travaillions parfois. J’ai terminé mon diplôme en banlieue parisienne, là où je suis né, et suis parti bosser un an comme architecte dans le Loiret, pour une petite agence artisanale, sur le marché privé. J’ai réalisé comme menuisier charpentier indépendant plusieurs projets que nous avions dessiné dans cette agence. Dans une démarche d’apprentissage, j’ai ensuite rejoint une équipe de fustiers ardéchois, où j’ai été initié à la construction en rondins empilés.

  • Comment as tu rencontré l’Atelier Paysan ?

J’ai rencontré l’Atelier Paysan par hasard lors d’une fête en Ardèche, chez un collectif proche de l’équipe de la coopérative.

  • Tu t’étais déjà intéressé aux bâtiments agricoles ?

Dans les bouquins de Lloyd Kahn (voir Shelter Publications), il y a des photos de granges gigantesques du XIXe aux États-Unis, elles m’ont servi longtemps d’images de référence. De plus, dans la Creuse nous avons taillés des charpentes pour des paysans. Donc je me suis déjà intéressé au bâtiment agricole, mais jamais dans sa dimension agronomique.

  • Tu es arrivé depuis la mi-septembre, comment se sont passés tes premiers mois ? Qu’as-tu fait ? Qu’est-ce que tu as trouvé le plus facile ? Le plus dur ?

Jonas, que je remplace, avait bien préparé la transition, avec un programme de formation varié. J’ai pris beaucoup de plaisir pendant les formations, comme observateur puis comme formateur. La première formation seul que j’ai réalisée, une conversion de serre mobile à Granville, c’est très bien déroulé. Ce sont de très bons moments, propices aux rencontres. Le plus dur, bien sûr, est d’assimiler tous les différents systèmes de production, tout le vocabulaire agricole, quelle que soit la filière. Cela fait beaucoup de choses à découvrir.

  • Quels sont les chantiers à venir pour l’année 2019 sur le volet architecture ? Où en est le programme formation ? Quelles sont les perspectives de travaux de R&D ? Tu vas partir en TRIP (Tournée de Recensement d’Innovations Paysannes) ?

Je vais partir en TRIP prochainement, afin d’enrichir ma culture du bâti agricole, autoconstruit ou non d’ailleurs, car c’est le champ complet de l’architecture paysanne que je souhaite couvrir. L’offre de formation construite par Jonas est toujours d’actualité, et j’espère l’enrichir avec ce qui sortira de mes tournées de recensement. J’ai le pressentiment qu’il y a quelque chose à faire sur les formations hangar. Il y a un très beau projet de R&D sur l’abattage mobile qui commence concrètement cette année, sur lequel je fonde pas mal d’espoir. Le groupe de paysans référents est soudé et animé, cela devrait bien marcher. Une amélioration notable du système de serre mobile a aussi démarré en Dordogne, avec le monokit, et va continuer à être testée cette année.

  • Niveau architecture, techniques constructives, quelles sont tes inspirations ?

Je suis curieux de tous les systèmes structurels existants, mais la charpente est le plus légitime et plus bel ornement de l’architecture. Mais c’est surtout la part de plaisir que l’on peut prendre en adoptant telle où telle technique qui m’importe. Regarder quelque chose et se dire que celui qui l’a conçu et fabriqué, s’est amusé, je me dis que c’est le plus important.

  • Tu as des besoins de coups de main ? Comment on peut contribuer ?

On peut m’aider en me faisant remonter des adresses de fermes où l’on trouve des bâtiments agricoles autoconstruits de grande portée, à budget moindre.



Le catalogue de formations "Architecture Paysanne Libre" :

Ce début d’année et la succession sur le pôle architecture ont aussi été l’occasion de mettre à jour le catalogue des formations sur le bâti agricole proposées par l’Atelier Paysan. En voici la dernière version :


Les formations déjà accessibles en ligne :



Prochainement : des TRIP sur l’architecture paysanne !

En parallèle son arrivée en tant que formateur à l’autoconstruction sur le bâti agricole, Arthur mènera aussi plusieurs TRIP (Tournées de Recensement d’Innovations Paysannes) dans les mois à venir, afin de poursuivre et intensifier les travaux de la coopérative sur la dimension Architecture Paysanne Libre.

Ces tournées seront essentiellement orientées autour de la thématique du bâtiment agricole, en s’intéressant particulièrement aux aspects suivants :

  • Autoconstuction totale ou partielle de fermes, de bâtiments de fermes ;
  • Autoréhabilitation totale ou partielle de fermes, ou de parties de fermes ;
  • Bâtiments fixes ou mobiles ;
  • Tous matériaux.

Arthur s’intéressera également aux techniques constructives suivantes :

  • Recherche d’éléments sur les charpentes ciseaux (réalisées en autoconstruction), ou réalisations de bâtiments agricoles remarquables par charpentiers ;
  • Plancher-cloué ;
  • Charpente sous tendue ;
  • Charpente bois/métal.

Si vous avez vous-même réalisé des bâtiments agricoles concernés par ces critères de recherche, que vous connaissez des personnes qui pourraient être concernées, ou que vous souhaitez simplement partager des choses sur ces sujets, n’hésitez pas à prendre contact directement avec lui pour mettre en place des visites !

Vous pouvez le contacter à cette adresse : a.dietrich@latelierpaysan.org

Ces tournées de recensement sont l’occasion de valoriser et diffuser les adaptations des paysan·ne·s sur leurs fermes, de mettre au pot commun les expériences d’autoconstruction et de les capitaliser en ligne, sur un forum accessible à tou·te·s. Ces visites sont aussi des moments privilégiés de rencontres des paysan·ne·s sur leurs fermes : elles peuvent aussi s’avérer être un premier pas en vue de mobiliser un groupe local autour d’une thématique, ou encore pré-figurer la diffusion ou le développement d’un outil innovant. N’hésitez donc pas à profiter de l’occasion, on ne sait pas encore où cela peut nous mener !

> Pour plus d’informations sur les TRIP, rendez-vous sur la page Qu’est-ce qu’une TRIP ?



Soutiens

Ces travaux bénéficient du soutien financier de l’Europe et du Réseau Rural National, par le biais de la Mobilisation Collective pour le Développement Rural coordonnée par l’Atelier Paysan sur "L’innovation par les UsageR·E·s, un moteur pour l’agroécologie et les dynamiques rurales" (2018-2021).