Accueil > Actualités > [SEMINAIRE SOCIETAIRES] Politiques industrialisantes de la machine agricole, d’hier à aujourd’hui

[SEMINAIRE SOCIETAIRES] Politiques industrialisantes de la machine agricole, d’hier à aujourd’hui

mercredi 1er juillet 2020
[SEMINAIRE SOCIETAIRES] Politiques industrialisantes de la machine agricole, d’hier à aujourd’hui

L’Assemblée générale de l’Atelier Paysan a été à nouveau l’occasion de présenter des travaux du projet de recherche "POLMA", sur les politiques de la machine agricole menées depuis 1945, au moment même où la Commission européenne et la France proposent d’accroitre leurs soutiens à l’automatisation agricole.

Comme en décembre dernier, l’Assemblée générale de l’Atelier Paysan a été l’occasion de croiser les regards et expériences de nos sociétaires avec le travail du collectif de chercheurs et chercheuses du projet POLMA, "POLitique de la Machine Agricole", commandité par l’Atelier Paysan et accompagné par la coopérative Atelier des Jours à Venir dans le cadre du programme Nouveaux Commanditaires Sciences de la Fondation de France. Ce séminaire était dédié au volet plus "historique" du projet, permettant de décortiquer la construction d’un discours justificateur - et mystificateur - du "progrès", comme dynamique linéaire et horizon inéluctable. L’analyse des éléments de discours plaçant la machine et, au-delà, l’industrialisation des productions agricoles comme une nécessité induite par la reconstruction de l’Europe après 1945, permet de questionner ce processus et d’envisager d’enfin en sortir. Le travail de deux étudiants, d’une part sur la façon dont la destruction de la paysannerie est venue alimentée le mouvement poujadiste, d’autre part sur le déclin de traction animale dans la période 1940-1970, est également venu faire écho aux débats très contemporains sur l’impact électoral et syndical de politiques agricoles socialement destructrices et sur le regain d’intérêt pour le cheval de trait.

Ce projet de recherche collective en sciences sociales, regroupant une dizaine de sociologues et historien·ne·s et disposant d’un soutien de l’IFRIS, s’intéresse aux politiques menées depuis l’après-guerre qui ont mené, dans l’élan d’industrialisation de notre agriculture, au suréquipement et au "mal-équipement" des fermes françaises. Un sujet particulièrement d’actualité, puisque la Commission européenne a publié fin mai sa stratégie "de la fourche à la fourchette", qui donne une fois de plus la priorité à l’ultrasophistication des appareillages agricoles en prétendant, sans aucune étude à l’appui, que cela va permettre "d’augmenter la productivité et de réduire les intrants donc de diminuer les coûts de production".

Le gouvernement français n’est malheureusement pas en reste : il s’apprête à publier, au cours de l’été, son plan de relance économique, dont le volet agricole va aussi se traduire par de nouvelles aides directes et indirectes aux équipementiers et start-up promotrices de drones et robots en tout genre. Une fuite en avant, sans aucune remise en cause par rapport à ce qui est promu depuis 2015 dans le rapport Agriculture Innovations 2025.